instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…


20 Commentaires

L’instant – Quand le chemin se dessine

Le chemin s’est enfin dessiné devant mes pas. Je tournais, virais sur moi même pour trouver la meilleure solution, professionnellement parlant.

J’étais dans l’idée de créer une association qui aurait accueilli des ateliers autour de la parentalité. J’avais testé sur mon ancienne activité et il y a de la demande. Et de nombreuses mamans que je vois à la sortie de l’école, se plaignent de n’avoir pas de lieu d’accueil pour pouvoir boire un thé et papoter. Donc, j’envisageais de proposer des après midi goûter ponctuellement.

Sauf que. Sauf que la parentalité c’est bien, c’est porteur, c’est très intéressant. Sauf que moi, j’ai 42 ans, une vie pleine de trous et de douloureuses expériences et qu’il y a 6 ans j’ai décidé que j’étais faite pour le bonheur. Et que si je vais pas le chercher ce bonheur, personne ne me l’offrira.

Et ma passion professionnelle bah c’est pas les enfants ! J’adore les miens, je fais tout pour eux, trop diraient certains, mais passer mes journées à parler, créer autour d’eux, c’est non.

Ma passion, c’est le livre. Mon métier, c’est libraire.

Sauf que. Sauf que la libraire traditionnelle en France a vécu. Que les libraires qui survivront aux changements en route depuis un moment doivent réinventer leur métier.

Alors je vais aller me chercher ce bonheur de pouvoir exercer un métier passionnant. Je vais créer une librairie d’occasion, uniquement d’occasion. Dans un premier temps, il s’agira d’un dépôt vente pour éviter une trésorerie trop importante. Je ne ferai aussi que de la jeunesse, de la BD enfantine, du loisirs créatifs. Avec le temps, je m’ouvrirais à la BD adulte, aux romans « coup de coeur ».

Comme j’ai bien conscience que ce sera long pour que cette activité démarre et pour la faire connaitre, je vais développer en parallèle l’association comme prévue. Il y aura des ateliers (portage, couches lavables, massage bébé ou enfants, danse pour les moins de 3 ans…). Comme je vais avoir besoin d’un local pour ma partie librairie, je vais faire un petit salon de thé cosy sympa avec un peu de thé, des petits gâteaux.

Ma préoccupation à l’heure actuelle reste le montage juridique de tout ça. Je ne veux toujours plus créer une société (chat échaudé craint l’eau froide) donc si vous avez des idées, n’hésitez pas à m’en souffler.

Il faut que je monte un dossier de présentation pour ensuite aller voir ma mairie pour décrocher le prêt d’un local. Oui je ne doute de rien…


12 Commentaires

L’instant – Le syndrome Mallaury Nattaf

Il y a 2 jours, je faisais part de mes malheurs de mal mariée et j’annonçais mon départ du domicile conjugal.

Les choses ont elles changées depuis ? Oui. Parce que depuis avant hier je pense à Mallaury Nattaf qui dort dehors avec son petit garçon de 3 ans. Et je ne veux pas que ça arrive à mes enfants. Ca parait très con mais je pense à cette maman qui se fait brocarder, qui apparait désormais dans la rubrique faits divers. Je ne sais pas ce qui l’a amené à se retrouver dans cette situation. Je me plais à imaginer une femme forte, qui refuse de rester pour le confort. Qui, comme elle n’aime plus, décide de partir. Sans rien.

Parce que moi, je ne suis plus comme ça. Parce que j’ai connu la rue et quand on l’a connu une fois, on ne veut plus y retourner. Et je ne veux surtout pas que mes enfants y soient confrontés. Je veux pour eux du confort, du chauffage, une chambre, des jouets, l’école et pas d’inquiétude.

Alors, à la énième demande de mon mari de rester, j’ai dit oui. Par faiblesse, sans doute. Par peur, surement. Peur du froid, de la faim, de perdre mes enfants surtout.

On va me dire qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné. Sans doute, mais pour avoir été seule avec un enfant, la solitude au quotidien, c’est dur à vivre.

On me dira aussi que pour mes enfants, il vaut mieux des parents séparés que toujours en train de se disputer. Sans doute. Pour essayer de calmer les choses, j’ai décidé d’appliquer un principe d’une amie (Twitter merci de l’avoir mise sur mon chemin). Ne pas répondre à chaud à ses colères. Laisser s’apaiser la situation, et ensuite, seulement reprendre pour dire mon désaccord. Peut être que les choses pourront s’apaiser. Suffisamment en tout cas pour que les enfants souffrent moins de la situation. Oui, il vaudrait mieux se séparer mais non ils ne seront pas mieux dans la précarité qui est la seule chose que je peux leur offrir.

Un jour, je partirai. Ou pas. Sans doute pas, quand j’y réfléchis. Parce que la vie, ce ne sont pas uniquement des principes. C’est aussi avoir des peurs. C’est aussi reconnaitre ses limites. Ma limite à être mal aimée est atteinte. Mais ma limite d’amour pour mes enfants, je ne la connais pas.

Alors, pour eux, sans qu’ils le sachent jamais, je vais rester. Je vais leur offrir tout ce qu’un enfant a le droit d’avoir. Sans regrets ni amertume. Avec amour.


12 Commentaires

L’instant – J’ai testé pour vous (Article sponsorisé)

Il y a quelques semaines, on m’a proposé de tester une application destinée aux enfants. Cette appli m’a été proposée par La souris qui raconte et s’appelle « Thibaut au pays des livres ». Il s’agit d’une histoire lue,  destinée aux enfants à partir de 6 ans.

Malgré que je sois une ancienne libraire, je n’ai jamais eu d’à priori sur les livres numériques. J’ai une bibliothèque en papier et je possède un livre numérique. Et mes enfants adorent mon Ipad. Donc c’était l’occasion de tester avec mes enfants un univers qu’ils ne connaissaient pas. Ils n’ont pas tout à fait l’âge requis par l’éditeur (6ans) puisque mon 2ème a 5 ans et ma 3ème en a 3. Et je fus agréablement surprise.

« Thibaut au pays des livres » est l’histoire d’un petit garçon qui va visiter une bibliothèque. Il y choisit un livre et va plonger dedans. Thibaut va se balader d’univers en univers grâce aux mots. Il va découvrir le plaisir des histoires et de la lecture. Il s’agit d’un résumé rapide d’un joli conte qui montre aux enfants toutes les joies que l’on peut avoir avec la lecture. Et accompagné d’une très jolie musique.

Dans l’application, on a le choix entre plein d’options : On peut écouter l’histoire lue au moment que l’on choisit puisque la lecture se met en route en appuyant sur une icône. On peut aussi l’écouter et la lire avec le texte qui apparait. On peut simplement la lire, mais ça c’est pour les plus grands. Et dans chaque page du conte, l’enfant promène son doigt pour découvrir des animations. On peut aussi aller directement au chapitre qui intéresse (fonctionnalité qu’Aïnhoa a  découvert et maitrisé très vite).

Je vous le dis tout de suite, ils ont adoré. Je suis pas sure qu’ils aient suivi le message de l’histoire (perso j’ai adoré) en revanche la fonctionnalité, les images, les bruitages (mention spéciale au loup), l’histoire elle même, ils se sont éclatés ! Alors vu leur âge, je suis restée à côté d’eux pour les aiguiller (ça c’est mon avis de maman mais je crois que je leur donnerai la tablette le soir dans leur lit, ils sauraient très bien se débrouiller pour la lire). Pour mes enfants, une vraie réussite et ils continuent à me demander l’histoire de Thibaut et du loup. Oui, ils ont retenu ce qu’ils ont bien voulu !

La conclusion est que mes enfants ont adoré et moi aussi. Attractive, ludique, cette application m’a charmé et emballé. J’ai visité le reste du site, et j’ai trouvé plein de pépites. J’ai adoré l’univers.

Et La souris qui raconte te propose de gagner toi aussi une histoire interactive. Pour ça, tu te rends sur le site de La souris qui raconte, tu choisis entre les 4 histoires suivantes :

L’ogresse

Thibaut au pays des livres

La petite musique du monde

Conte du haut de mon crâne

Tu me mets en commentaire celle que tu voudrais avoir sur ta tablette pour partager avec ton/tes enfants. Tu as jusqu’au 17 octobre 20h. Une main innocente sera chargée de tirer au sort l’heureux(se) gagnant(e). Une seule participation mais tu peux partager l’info. Et La souris qui raconte te propose aussi de gagner sur sa page Facebook  une application du 10 au 17 octobre, n’hésite pas à aller voir et jouer.

Il s’agit de mon premier concours, alors j’espère que vous serez nombreux à venir participer et que l’univers que je vous propose va vous plaire autant qu’à moi.

Je vous laisse avec quelques photos d’Aïnhoa et Gabriel en train de tester l’application.

On commence par bien s’installer

Elle se concentre

Je découvre l’histoire

C’est magique…

Je découvre

Je cherche les animations

J’adore !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Edit du 18 octobre : Ca y est le tirage au sort a eu lieu. Les enfants étant à l’école, c’est Random qui s’y est collé. Et étant une quiche, j’ai pris une photo de Random et je vais diffuser sur Twitter parce que je sais pas comment la récupérer de mon tél. Si vous avez la technique n’hésitez pas à me dire.

Donc, la gagnante est le commentaire n°3, c’est à dire celui d’Oceanellys !! Bravo. Fais moi parvenir une adresse mail pour que La souris qui raconte t’envoie ton code. A bientôt.


10 Commentaires

L’instant – Merci

Depuis que j’ai commencé à écrire c’est comme si j’avais ouvert la boite de Pandore. Je me lache ici, comme sur Twitter, comme je ne le fais pas dans ma vraie vie. Comme je ne l’ai jamais fait.
Et du coup toutes mes larmes, toutes mes émotions, toutes mes frustrations jaillissent a profusion. Beaucoup trop.
Ici, sur Twitter, sur les blues blogueurs je suis stimulée intellectuellement comme je ne le suis plus depuis que je suis mère au foyer. Et c’est bon. Je voudrais pouvoir passer tout mon temps a écrire, lire, rencontrer même virtuellement.
Mais ma vraie vie me rattrape. Mon quotidien et son lot de corvées me rattrape. Je déteste le ménage, je n’ai plus envie de faire des allers retours école, maison, activités sportives pour les uns et les autres. Je n’en peux plus de gérer les disputes, de bercer, de consoler, de rassurer.
Je n’arrive pas a tout faire. Je n’arrive pas a tout gérer. Et quand j’essaie rien n’est bien fait. Il faudrait que je prenne sur mon sommeil et je ne peux pas. Mon manque de sommeil chronique me vaut des fautes d’inattention.
Aujourd’hui comme toujours je dois faire un choix. Encore un choix. Ce choix sera dicté par la raison. Je vais manger une grosse cuillère car durant quelques semaines, j’ai touché du doigt un bonheur que je pensais disparu. Et qui disparait de nouveau.
Alors je ne vais pas m’évanouir dans la nature. Je viendrais toujours écrire, je continuerai l’aventure blues blogueurs, je passerai sur Twitter. Mais beaucoup moins.
Parce que ma vraie vie, celle faite de ménages, de contraintes,de frustrations a besoin de moi. Parce que si je ne referme pas maintenant la boite, plus tard ce sera encore plus douloureux.
Alors distance il va y avoir. Mais sachez que ce n’est pas de votre fait. Vous m’apportez de la joie, des rires, de la liberté. Je suis moi avec vous. Moi une Femme et pas uniquement une mère/femme de ménage/cuisinière/épouse/infirmière.
Avec vous, j’existe.
Ce billet est très brouillon. Je n’arrive pas a mettre en mots tout ce que j’ai a dire.