instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…

L’instant – Merci

10 Commentaires

Depuis que j’ai commencé à écrire c’est comme si j’avais ouvert la boite de Pandore. Je me lache ici, comme sur Twitter, comme je ne le fais pas dans ma vraie vie. Comme je ne l’ai jamais fait.
Et du coup toutes mes larmes, toutes mes émotions, toutes mes frustrations jaillissent a profusion. Beaucoup trop.
Ici, sur Twitter, sur les blues blogueurs je suis stimulée intellectuellement comme je ne le suis plus depuis que je suis mère au foyer. Et c’est bon. Je voudrais pouvoir passer tout mon temps a écrire, lire, rencontrer même virtuellement.
Mais ma vraie vie me rattrape. Mon quotidien et son lot de corvées me rattrape. Je déteste le ménage, je n’ai plus envie de faire des allers retours école, maison, activités sportives pour les uns et les autres. Je n’en peux plus de gérer les disputes, de bercer, de consoler, de rassurer.
Je n’arrive pas a tout faire. Je n’arrive pas a tout gérer. Et quand j’essaie rien n’est bien fait. Il faudrait que je prenne sur mon sommeil et je ne peux pas. Mon manque de sommeil chronique me vaut des fautes d’inattention.
Aujourd’hui comme toujours je dois faire un choix. Encore un choix. Ce choix sera dicté par la raison. Je vais manger une grosse cuillère car durant quelques semaines, j’ai touché du doigt un bonheur que je pensais disparu. Et qui disparait de nouveau.
Alors je ne vais pas m’évanouir dans la nature. Je viendrais toujours écrire, je continuerai l’aventure blues blogueurs, je passerai sur Twitter. Mais beaucoup moins.
Parce que ma vraie vie, celle faite de ménages, de contraintes,de frustrations a besoin de moi. Parce que si je ne referme pas maintenant la boite, plus tard ce sera encore plus douloureux.
Alors distance il va y avoir. Mais sachez que ce n’est pas de votre fait. Vous m’apportez de la joie, des rires, de la liberté. Je suis moi avec vous. Moi une Femme et pas uniquement une mère/femme de ménage/cuisinière/épouse/infirmière.
Avec vous, j’existe.
Ce billet est très brouillon. Je n’arrive pas a mettre en mots tout ce que j’ai a dire.

Publicités

10 réflexions sur “L’instant – Merci

  1. On t’aime ma Christelle! Prends soin de toi et des tiens, et reviens nous dès que tu peux, on te garde ta place au chaud! #BluesBlogueurs ❤

  2. Est-ce qu’on en serait pas tous là ?

    Ton billet me secoue, parce que j’hésite souvent entre gommer tout ce qui se passe aussi pour moi en ligne (blog, rencontres, discussions) et persévérer parce que ça me fait du bien, que j’y ai droit, et que ce que tu appelles la vraie vie n’est pas tout à fait la vie que j’ai choisi avec mon coeur, mais celle que je vis par défaut d’oser autre chose.

    Je n’ai jamais osé écrire autant, faire lire ce que j’écris, dire autant sur moi. Et même si tout se passe pour le moment dans le confort de l’anonymat, je n’exclus pas qu’un jour ces deux mondes se croisent et se confondent.

    J’aime ma vie de maman, de femme, de compagne, mais j’ai toujours eu l’impression qu’il me manquait un petit quelque chose. Et j’ai l’impression que je suis en train de le trouver.

    Je me dis souvent que lorsque quelque chose nous paraît difficile/effrayant/compliqué/fou, c’est qu’on est dans la bonne voie.

    C’est juste mon sentiment, je ne cherche pas à te convaincre.

    Bisous

    • Je suis déjà convaincue. Il faut que j’arrive à trouver le moyen de tout faire.
      Mais j’adore ma vie virtuelle (c’est inquiétant de parler comme ça) et je trouve ça fou, oui.
      Je serais à nouveau plus présente très vite. J’espère.

  3. Merci pour ces instants passés ensemble. Des instantanés de vie non dénués d’intensité.
    Évidemment, je compte te revoir souvent ici et/ou sur Twitter. Mais, avant tout, je souhaite te voir vivre, pleinement.
    Je t’envoie plein d’affection et de câlins à toi, celle qui a lancé le premier thème des Blues Blogueurs 😉

    A très vite

  4. J’imagine bien ce que tu veux dire. Ces espaces virtuels sont autant de libertés pour nous et nous seuls. Parce qu’à force de regarder et de s’occuper du nombril des autres on a tendance à oublier qu’on en a un nous aussi. Et ouvrir un blog, un compte tweeter, parler de soi, décourvrir les autres, partager : quelle richesse.
    Mais toute médaille à son revers et ici c’est que ça prend beaucoup de temps.
    Il faut donc essayer de trouver un équilibre entre ces deux « vies ».
    Et pour finir, sache que tu vas me manquer toi aussi. Mais ce n’est pas un au Adieu et j’en suis rassurée.
    Alors à bientôt, A plus tard….
    Bises

  5. J’aime beaucoup cet article, il exprime très bien, et d’une façon pas brouillon du tout, le tiraillement qu’il peut y avoir entre ces échanges virtuels très riches et la réalité parfois difficile.
    Je t’envoie plein de bonnes pensées, en attendant le retour de notre wondermum et wonderblogueuse!

    Laura.

    • Merci. Tu as mis le doigt et mis en mots ce que je voulais exprimer. Je me sens tirailler entre ces 2 existences qui me sont indispensables toutes les 2.
      Je vais continuer à jouer au funambule quelque temps je crois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s