instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…


9 Commentaires

L’instant – Parce que quand même

Quand je relis mes différents billets, il y en a une tripotée qui sont quand même bien tristes ! A croire que ma vie est assez misérable. Mais en fait non. Je partage ici mes moments de doute, mes douleurs.

Mais en 2ème jour de décembre, presque la veille de noël, j’ai décidé de vous faire partager ces petits moments de mon quotidien qui en font le sel, la joie, la féerie.

Parmi ces moments, ceux que je partage avec mes enfants ont un goût particulier.

Quand, par exemple, je marche au côté d’Aïnhoa, que sans regarder ma main s’ouvre et qu’une petite paume chaude vient s’y glisser. Quand Gabriel me dit « Je t’aime maman » avec tant de sérieux et de conviction. Quand Jade me ramène une bonne note et qu’elle me présente son contrôle avec une énorme fierté dans les yeux. Quand Sasha, quand je rentre dans la pièce, se retourne vers moi tel un radar et me mange des yeux.

Quand Gabriel et Aïnhoa se font des câlins en se caressant la tête. Quand ils rigolent tous les deux à gorges déployées et que toute la maison résonne de leur joie. Quand Jade fait rire Sasha et que celui ci n’arrive plus à reprendre son souffle.

Quand je fais sauter des crêpes, qu’ils viennent à tour de rôle pour que je leur apprenne à viser le plafond. Quand ils mangent leurs crêpes accompagnées d’un chocolat chaud maison et qu’ils finissent leur 4h avec des moustaches et le ventre repu.

Quand, la nuit, Sasha se niche contre ma poitrine et qu’il trouve mon sein sans que je le guide mais avec BEAUCOUP de volonté. Quand Jade me réclame du haut de ses presque 13 ans, un câlin avec la même conviction.

Quand les 3 grands, complices, commencent à décorer le sapin. Jade, cheftaine conciliatrice, partage entre les 2 petits les tâches et les décorations. Ils sont surexcités, émerveillés, bruyants, ils gesticulent dans tous les sens, sautent partout et on entend leur joie derrière chaque mot.

Quand Gabriel, comme à l’instant, me demande le nom de ses doigts sur de mon savoir. Que Sasha dort ailleurs que dans mes bras, enfin.

Et puis, il y a ce moment magique où j’ai posé les enfants à l’école, que je pose Sasha dans son lit, et que je suis seule dans mon salon, dans le silence. Que rien ni personne ne vient troubler ma sérénité.

Et il va y avoir ces instants, que j’attends avec patience. Noël et sa magie. Ce week end de fin mars où je vais monter à Paris, avec Sasha. Où je vais aller dans l’un de mes endroits préférés, le salon du livre. Et sans doute rencontrer des gens qui ont pris déjà tant de place dans ma vie. Cet autre week end où j’irais faire une autre rencontre à Marseille. En fait, tous ces moments fait de chaleur et d’amitié.

Ma vie est jalonnée de tout ces instants. Et elle est belle.

Publicités