instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…


9 Commentaires

L’instant – Des fois

Des fois, je me regarde dans la glace et je me dégoute. Flasque, déformée, je ne me reconnais plus.

Des fois, quand je suis dans l’impossibilité de me bouger et que  je regarde ma maison, j’ai honte.

Des fois, tous les matins sous la douche, quand cette putain de maladie reprend ses droits, que je dois la combattre, encore et encore, j’ai envie de baisser les bras.

Des fois, quand je regarde mon enfance, j’envie celle des autres. J’aurais voulu que la mienne soit plus simple, plus insouciante.

Des fois, quand je regarde mon adolescence, je reste sans voix devant la violence des autres. Pourquoi une différence si infime doit elle être l’objet de tant de moquerie ?

Des fois, si je repense à mon passé, je me demande où d’autres choix m’auraient emmené. En quoi est ce que je serais différente aujourd’hui ?

Des fois, je voudrais que ma vie, mon passé, mon avenir soit différent. Je voudrais être différente.

Et puis…

Des fois, je regarde mes enfants et je savoure la chance extraordinaire que j’ai de les avoir. Et qu’il soit en bonne santé.

Des fois, je repense à  notre enfance, adolescence commune et je suis surprise mais heureuse que ma soeur Peggy soit resté auprès de moi et qu’elle me soutienne encore et encore malgré tout ce qu’elle a vécu avec moi.

Des fois, je voudrais que mes parents aient été différents de ce qu’ils sont et je réalise qu’ils sont là, avec leur amour et que d’être aimé de ses parents n’est pas donné à tout le monde.

Des fois, je me regarde dans le miroir et je me trouve belle. Et j’apprends peu à peu à savourer ces moments.

Des fois, j’ouvre les yeux et je vois tout l’amour, tout le soutien, toute l’amitié qui m’entoure.

Des fois, face à tant de chance, je pleure comme je pleure ma peine.

Des fois, aujourd’hui, je vous dis je vous aime. Je t’aime la vie.

A Peggy, Lauren, Maman, Papa,

A Krystel, Marina

A LaMijaurée, Barbidouu, Lily2B, MamamMila, M3reDe, Obiwanseb

Publicités


4 Commentaires

L’instant – Quand je parle bouffe

Ce moment est assez fréquent vu que j’adore manger. Sauf que (en y réfléchissant, j’aurais du appeler ce blog SAUF QUE) je vais vous parler de la nourriture pour bébé.

Bien que ne travaillant pas, en tout cas hors de ma maison, je ne fais pas à manger à mes bébés. De leur 6 mois jusqu’au moment où ils passent à table avec nous, ils mangent des petits pots. Enfin, des assiettes. L’aspect me rebute moins.

J’ai essayé le « fait maison ». Avec Gabriel. Sauf qu’il a fait la grève de la faim. Au bout d’une semaine je lui ai ouvert une assiette et il s’est jeté dessus. Blessure d’orgueil mais il mange. Pour Aïnhoa, je n’ai même pas cherché à tester.

Et puis, avec mon dernier, j’ai décidé d’innover un peu. Je lui ai proposé des petits pots bio. Sauf que ça coûte un oeil, que nous ne mangeons pas bio en général. Je suis donc revenu vers mes petites assiettes. Et le leader dans mon coeur, c’est Naturnes. Et je sais que je suis pas la seule. Le nom évoque la nature, le bien fait.

Sauf que Naturnes met du maïs partout. Dans un plat sur deux. Et Sasha ne digère pas le maïs. Il le c…..

J’ai adressé un tweet à Nestlé. Qui m’a répondu. Bon point. Qui m’a proposé de m’appeler. Je leur ai donné mon mail. Ils m’ont répondu et l’échange s’est fait. Je met en fin d’article une photo de nos mails.

Pour résumer, je ne suis pas entièrement d’accord avec leurs arguments. Je pense qu’il existe beaucoup de céréales qui peuvent rentrer dans la composition de leurs plats. Je pense que si l’on veut varier les saveurs, ce n’est pas en rajoutant du maïs dans un plat qui s’intitule Epinards Pommes de terre Saumon.

En revanche, j’ai apprécié de m’avoir répondu et dans la journée. Je ne suis pas restée une cliente juste bonne à acheter. J’étais une consommatrice et je me suis sentie écoutée.

Et puis au final, j’en suis revenue à ces petites assiettes. Parce que j’ai essayé d’autres marques. Et en fait, ce sont les seules où la texture n’est pas bouillie/purée/on reconnait rien. A moi, et je crois que c’est valable pour tout ce que l’on achète, d’éplucher les compositions et de faire mon choix en fonction. La gamme est variée, mon fils aime. Donc je vais continuer de proposer à mon bébé chou les petites assiettes Naturnes le temps qu’il lui reste à manger différemment de nous.

Ceci n’est pas un article sponsorisé et les produits ne sont pas offerts par la marque.

photo-2photo-4photo-5photo-3


8 Commentaires

L’instant – Quand tu changes…

Il y a un moment je disais mon malaise, mon isolement dans ma petite ville de province. Je ne parlais à haute voix qu’à mes enfants. Et puis il y a environ 1 an, oui déjà 1 an, Twitter est arrivé dans ma vie. Sans refaire l’historique, j’y ai trouvé écoute, soutien, encouragements, amitiés. J’y ai trouvé le courage d’ouvrir un blog. Que je n’ai pas le temps d’alimenter de trop mais qui est mon 5ème bébé. J’ai aussi trouvé dans Twitter l’envie d’ouvrir ma boutique. Même que parfois je me prend à rêver qu’elle pourrait devenir rentable et m’apporter un petit salaire.

Mais je me suis rendue compte que Twitter m’avait fait un autre cadeau. M’ouvrir aux autres. Je suis devenue sociable. Ou presque, ne chipotons pas. Et sans m’en rendre compte, j’ai rencontré des gens. Oui, en vrai.

Et je me retrouve en cette quasi fin d’année avec mes 4 enfants qui vont bien, voire mieux si on parle de Gabriel, une boutique que j’alimente autant que je peux et un carnet de commandes.

J’ai aussi reçu plein d’amitié dans ma boite aux lettres cette année. Barbidouu Lily2B Babymeetstheworld NuagedeLexou CecileParispagesblog Mamoure ont pensé à moi, mes enfants. Des attentions qui m’ont réchauffé le coeur dans une année difficile. Des petits mots laissés comme des ancres sur ma TL comme Marie de Mamans testent qui m’annonce qu’elle lit mon blog ou Mère Bordel qui m’envoie du réconfort.

Et tout ces soutiens, marques d’amitié m’ont changé subtilement. Tellement subtilement que je ne m’en suis pas tout de suite rendu compte. Je me suis ouverte aussi dans la vraie vie. J’ai fait des rencontres.

Aujourd’hui dans ma vraie vie j’ai Kristel avec qui j’ai le projet lointain mais cher à mon coeur d’écrire un roman qu’elle illustrerait. Avec qui, peut être, monter une association autour de la parentalité et la bonne bouffe a été évoqué. Un soutien, une présence, un sourire, une absence de jugement.

Aujourd’hui dans ma vraie vie j’ai Marina qui a décidé de m’offrir un programme de sport pour perdre ce poids qui me rend si malheureuse. Qui veut m’apprendre à nager dans sa piscine (cette partie là n’est pas validée par moi). Qui sourit tous les jours, absolument tous. Qui est d’une générosité extraordinaire. Qui voit toujours le côté positif. Du bonheur en barre.

Aujourd’hui dans ma vraie vie j’ai Delphine qui m’a montré que l’on pouvait être très différente mais s’entendre sur des choses essentielles. Qui m’a persuadé, sans qu’elle le sache, de me présenter aux élections de parents d’élèves l’année prochaine.

Aujourd’hui dans ma vie j’ai Twitter mais pas que. J’ai changé. Et c’est bon.


6 Commentaires

L’instant – Le point moi

Oui moi parce qu’après tout il n’y en a pas que pour les enfants !

On va commencer par ma vie de mère au foyer. Les enfants sont en forme (un peu trop) du coup je passe mon temps à gérer pleurs, bosses, disputes, câlins. Si on y rajoute l’intendance, je suis multi casquettes mais débordée. Heureusement, la PMI m’a accordé 60h d’AVS qui me fait mon ménage. Elle a commencé ce matin, et déjà ma maison a un autre visage. Il me reste à réussir à gérer la cuisine. Normalement je fais des menus, je passe une commande sur internet, hop dans le coffre, hop dans les placards. Sauf qu’en ce moment, je n’ai pas le temps, pas envie. Bébé chou est scotché à moi ( au moment où j’écris ces mots, il est sur mes genoux, une main accrochée dans mes cheveux), je n’ai pas envie de cuisiner du tout. S’il n’y avait que moi, les enfants mangeraient des pâtes tous les soirs.

Si je ne souffre pas d’un burn out maternel, j’en ai beaucoup de symptômes.

Sinon, j’ai lancé ma petite activité de créatrice de bijoux en quilling. Je rajoute ainsi un pan à mes créations en origami. Et je dois reconnaître que ça a l’air de bien fonctionné. C’est dommage que mon manque de confiance en moi gâche le plaisir. Chaque commande est l’occasion d’angoisses, d’interrogations. On a beau me dire que c’est joli, fin… je n’en vois que les défauts, les approximations. La recherche de la perfection est une activité comme une autre mais ce serait bien que je passe à autre chose. Et puis surtout que je prenne confiance en moi. Le jour où j’envoie une de mes créations à une star, je croirais peut être en moi !

Et cette merveilleuse phrase m’amène dans une transition toute en finesse, là où le bât blesse le plus. Hier, je regardais la télévision. Je ne sais même plus quoi d’ailleurs. Et tout à coup, je me suis dit STOP. Oui, comme ça. Stop à ce corps que je ne supporte plus. Je suis partie me peser, choses que je n’avais pas faite depuis bien 2 mois. OK, je ne suis pas obèse, je porte sans doute bien mon surpoids. Mais je suis horrible. Je sais qu’il est de bon ton de s’accepter, d’accepter de voir son corps changer avec les grossesses, avec l’âge. Sauf que je suis mal comme ça. Jusqu’à présent, je tentais de zermater en douceur. Mais  je suis mal dans mes baskets et  je ne suis pas à l’écoute de mon corps. Pour améliorer mon moral, je vais tenter de me réconcilier avec mon corps. J’ai tenté une fois le régime WW. Mais passer mon temps à compter des points, scruter ma nourriture, ce n’est pas du tout pour moi. Je n’ai fait qu’une seule fois dans ma vie un régime. Un régime violent pour le corps, déséquilibré. Sauf qu’il me convient. Ne manger que des protéines convient à mon tempérament et ne me coûte pas.

La première fois que je l’avais fait, j’avais perdu 8kg en 3 semaines. Et c’est tout à fait ce dont j’ai besoin. Un résultat ultra rapide. J’en connais les dangers, les suites. Je vais tenter de ne pas rester dans la restriction par la suite. Et de prendre soin de moi. Cette fois ci je vais coupler avec une reprise d’une activité physique. Je vais reprendre le roller, activité que je pratiquais assidument il y a quelques années.

Voilà. Le point sur moi. C’est franchement pas extra, j’en ai bien conscience. J’ai bien conscience qu’il va bien me falloir acquérir un peu de sérénité. Un jour après l’autre…