instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…

L’instant – Un nénuphar dans le coeur

4 Commentaires

Depuis ses 2 ans, ma fille part très souvent voir son père. N’étant en rien responsable de notre séparation, j’ai toujours essayé de privilégier leur relation vu qu’elle ne vivait pas avec lui.

Quand elle a eu 4 ans, pour des raisons professionnelles, nous avons dû déménager. Elle a donc pris l’habitude de prendre l’avion tous les mois toute seule. Les premières fois, j’ai eu un gros pincement au coeur en la voyant partir avec son étiquette autour du cou.  Et puis le temps a fait son oeuvre et j’ai rapidement pris le rythme. N’importe quoi quand elle était à Paris et strict quand elle était avec moi.

Les années ont passé. La famille s’est agrandie. Et puis, l’année de son CM2, elle a décidé de la passer chez son père. Un jour, je vous parlerai de lui. Disons, pour faire simple, que s’il est important d’avoir des liens avec son père, le quotidien avec est très loin d’une partie de plaisir. Cette année là, j’ai pleuré quasiment tous les soirs. Je ne vivais pratiquement que pour les moments où elle rentrait ici. Son père faisant barrage, je l’avais très peu au téléphone. J’ai du me battre pour avoir des infos de base pour l’école. Je n’ai, par exemple, jamais eu ses bulletins. D’où mon effarement à son retour mais bref.

Au bout de 7/8 mois, j’ai fini par m’adapter, envisager d’autres choses. Entre autre, arrêter mon activité professionnelle et envisager une dernière grossesse.

Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, pour des raisons diverses et pas toutes bonnes d’ailleurs, elle a décidé de revenir vivre avec nous en juillet. Je vous passe l’annonce au père par mes soins parce que sa fille avait peur de lui dire.

Quand elle est revenue, j’ai ressenti un soulagement intense. Physique même.

Et nous avons repris notre quotidien. Depuis 2 ans, malgré l’adolescence qui se profile à grand pas, nous nouons des liens privilégiés. Une complicité de plus en plus forte.

Il n’empêche qu’elle continue ses allers retours. Depuis environ 4 mois, à chacun de ses départs, je ressens quelque chose dans mon coeur d’étrange. Quelque chose auquel je n’étais pas habituée. Notre lien s’étire quand elle part. Et ça me fait mal. Physiquement. Je l’ai ressenti particulièrement pendant ce dernier mois d’été où elle était absente.

Et je l’ai ressenti ce matin. Dans la crèche où bébé chou va passer un peu de temps. Pendant qu’il jouait tranquillement.

Avec 2 de mes enfants, l’attachement est particulier. Et physique.

J’appréhende. Parce que ma fille pense repartir à l’issue du collège chez son père. Parce que bébé chou va grandir. Et que dans l’un et dans l’autre cas, leur bonheur passe par leur liberté.

J’appréhende parce que je ne sais pas comment je vais vivre avec ce nénuphar.

Publicités

4 réflexions sur “L’instant – Un nénuphar dans le coeur

  1. C’est très émouvant, je comprends que tu te sentes un peu « frustrée » : on perçoit l’émotion brute, le rythme qui s’accélère… Superbe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s