instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…

L’instant – Mon ado, le collège ou comment dégoûter un enfant de l’école

16 Commentaires

Ma fille de 13 ans et demi est entrée en 4ème cette année. Et je ne suis pas contente mais pas contente du tout.

En 6ème, on nous avait vanté les mérites des classes doubles langues. Ca demandait un investissement plus important de la part des enfants. L’emploi du temps était un peu plus lourd. Vu le niveau de l’enseignement des langues en France, il m’a semblé judicieux d’inscrire ma fille. Langue vivante 1 anglais Langue vivante 2 allemand. Ah oui mais non. A la rentrée, nous découvrons que la Langue Vivante 1 est l’allemand. Langue que je ne parle absolument pas. Moi qui pensais pouvoir aider mon enfant dans l’acquisition de l’anglais (dans les limites de mes compétences très limitées en langue) loupé. Induite en erreur ou moi qui n’ai pas écouté, j’ai laissé, je me suis renseignée au collège où on m’a certifié qu’à la fin de la 3ème, son niveau en anglais serait identique aux autres. C’est à dire nul.

Jade passe donc une 6ème où elle m’épate en parlant allemand et anglais. Elle a l’air de s’en sortir. Elle travaille pour rattraper son retard du CM2 qu’elle a effectué en région parisienne dans une école craignos.

En 5ème, mauvaise pioche. Elle tombe dans la pire classe du collège. On nous avait aussi vendu les doubles langues comme des enfants plus encadrés, accompagnés, bref chouchoutés. Mais les classes sont composées de double langue et simple langue. Et cette année là, dans cette classe là, on regroupe le pire. Ca tombe sur ma fille. Pas de pot. Il fallait bien que quelqu’un les récupère. Ca tombe sur ma fille. Qui, en plus, est séparée de ses copines de l’année d’avant. Et elle a choisi de faire du latin en plus du reste. Ce qui alourdit de nouveau son emploi du temps. Blagues racistes, ambiance délétère, profs qui semblent incapables de maintenir la discipline, je prends rendez vous avec l’adjointe du proviseur à la fin du 1er trimestre. Je commence à être en colère. On me rassure, on m’explique que des sanctions vont être prises. Effectivement, fin du 2ème trimestre, l’élément principal du chahut est viré (c’était son 2ème collège, les parents ne se sont jamais déplacés, bref encore 1 qui est vachement aidé). Ma fille se rapproche de copines très bonnes élèves, elle s’accroche et bûche beaucoup. Encouragements aux 2ème et 3ème trimestre. Des appréciations hyper positives. Je suis hyper fière de ma fille.

Arrive donc la rentrée de cette année. En 4ème. Elle a fait le choix d’arrêter le latin grâce à une prof qui mériterait un billet à elle seule. Je l’appuie.

Cette année, Jade a de nouveau été séparée de ses copines. Elle est dans une classe moyenne où elle n’a aucune complicité avec personne. Elle va au collège à reculons. Elle recommence à  me solliciter pour ses devoirs alors qu’elle s’était bien émancipée l’année dernière et se débrouillait toute seule. Elle est angoissée. Je la sens pas bien dans ses baskets.

J’ai toujours refusé d’interférer avec le fonctionnement de l’institution scolaire. Cette fois ci encore, je ne suis pas intervenue. J’accompagne ma gamine du mieux que je peux. Je l’encourage, je la soutiens. Mais autant vous dire, qu’à la réunion parents/profs de fin d’année, je vais me faire un plaisir en allant voir le proviseur de ce collège. Pour lui dire à quel point je suis déçue par son administration qui place les élèves dans les classes en fonction de leurs notes et du besoin de remonter le niveau de certains. Parce qu’en fait, la raison profonde, c’est ça. On place les bons élèves avec des moyens/mauvais pour remonter le niveau de l’ensemble. Sans s’occuper des affinités, amitiés. Sans s’occuper des efforts fournis ni les récompenser.

Je suis en colère parce que certains parents sont démissionnaires, absents et que c’est jamais de leur faute, que leurs rejetons foutent le bordel ou ne foutent rien et que ce soit ma gamine qui paye pour eux. Je suis en colère face à une administration qui prend les élèves pour des pions, que les bons doivent relever le niveau des mauvais, que les bons servent à remonter des statistiques par classe.

Je suis en colère car on m’a menti en me vendant un emploi du temps plus lourd, un investissement plus important pour ma fille. On m’a assuré que ma fille serait accompagnée, soutenue. Le résultat est que je vais devoir pallier aux manques et erreurs de ce collège. Je vais devoir soutenir, accompagnée ma fille face à des difficultés supplémentaires que nous n’avons ni l’une ni l’autre choisie.

J’étais relativement satisfaite de ce collège en 6ème. Je suis de plus en plus déçue. Et je ne peux rien faire de plus pour changer les choses. La seule chose de positive, c’est que mes 3 autres enfants n’iront pas là. Un collège doit être construit dans notre ville. Et je serais parent d’élèves là bas. J’espère, alors, faire entendre ma voix. Que les bons ne soient plus punis d’être bons.

Publicités

16 réflexions sur “L’instant – Mon ado, le collège ou comment dégoûter un enfant de l’école

  1. Et tu as raison d’être en colère, choisir un cursus particulier pour son enfant afin de lui donner le meilleur pour la suite et en fait se trouver relégué au dernier plan parce que ton enfant est plutot bon c’est débile et la politique générale de l’éducation nationale est lamentable de manière générale, on ne fait rien pour les enfants, on fait pour les profs, pour les établissement, l’argent, les statistiques… et on fait des moutons… loulou vient de rentrer en maternelle et je prie pour qu’il s’adapte au système parce que sinon ça sera la vraie galère pendant 15 ou 20 ans pour lui (ou plus).. Bref nos gouvernants font n’importe quoi partout et s’étonnent que ça ne fonctionne pas… Courage à toi et à ta fille, tu as de la chance qu’elle est sérieuse et bosseuse, beaucoup auraient déjà lâché…

    • Il ne faut pas oublier les parents Nombreux sont ceux qui baissent les bras Et encore plus nombreux sont ceux qui comptent sur les autres pour leurs enfants
      La seule façon de faire bouger les choses est de s’impliquer dans la vie scolaire de nos enfants Se présenter aux élections de parents d’élèves pour commencer
      Bon courage Ton loulou, avec ton soutien, pourra faire son chemin

  2. je comprends ta déception. une chose est sûre, heureusement que toi sa maman tu es là pour la soutenir… courage.

    • Je suis là oui Mais je ne pourrai pas pallier toutes les carences ni les erreurs Et combien d’enfants sont laissés sur le carreau pour une logique de chiffre ?
      Merci en tout cas Je vais continuer et tenter non de changer les choses mais au moins de prendre la parole.

  3. J’imagine ta déception! Le système scolaire actuel n’est fait pour personne, ni pour les bons, ni pour les mauvais.
    J’ai une fille en difficultés, contrairement à la tienne… Elle était brillante jusqu’au CM2 mais la sixième, ses exigences, ses profs qui « cassent », l’ont beaucoup fragilisée… Et c’est très difficile à surmonter, pour elle comme pour nous… La 5° commence avec plein d’espoir… On verra!

    • C’est tout à fait ça ! Notre système casse les bons et les mauvais
      La mienne a eu le déclic en 5ème et cassée en 4ème Courage, peut être que justement la 5ème sera l’occasion de rebondir
      Je le lui souhaite

  4. À lire le parcours de ta fille je me suis retrouvée plongée des années en arrière et j’en pleure en y repensant. Je ne doute pas du dialogue que tu instaures avec ta fille et c’est primordial. Elle est dans une situation très pénible, déjà qu’être ado c’est pas facile, il est tentant aussi de suivre la masse pour se faire accepter, quitte à pour cela chahuter ou plus vicieux baisser son niveau scolaire pour ne pas être en chouchoute tête de classe.
    Ça me désole de voir qu’en plus de 20 ans le système ne s’est pas franchement amélioré dans certains endroits

  5. Je viens de voir ton billet et d’en parler à mon mari, enseignant au collège : d’après lui il vaudrait mieux commencer par prendre rendez-vous avec le prof principal de ta fille pour en parler.
    Lors de la réunion parents-profs, le proviseur risque d’être 1/ très sollicité 2/ planqué 3/ se retrancher derrière l’équipe qui a créé les classes et emplois du temps…

    • le prof principal de ma fille est le prof de sport qui leur a dit texto que ça le soulait de s’occuper de ça.
      Après je ne veux pas spécialement évoqué le cas de ma fille en détail. Juste lui dire que je trouve leurs façons de faire inadmissible

  6. Bonjour
    merci pour ces récits qui font réfléchir sur notre école ! je recherche des personnes qui ont eu un probleme avec la scolarité et ont du sa battre pour garder confiance en elles. Ceci dans le cadre d’un film documentaire que je tourne actuellement et qui cherche à comprendre comment l’école peut abimer notre développement personnel. Si vous voulez donner un témoignage, nous serions très heureux de l’accueillir ! Prenez contact avec moi : 06 63 42 23 22
    A tres bientôt

  7. Je découvre par hasard et tardivement finalement ce post. Je suis enseignante mais aussi maman, je comprends votre colère : les décisions d’en Haut nous énervent prodigieusement également, cette volonté du tout laisser faire, le fait de ne pas encourager plus les bons élèves pour ne pas décevoir les élèves en difficulté etc… C’est du nivellement par le bas, hélas pour les bons élèves, mais aussi pour les élèves en difficultés qui ne sont plus tirés vers le haut…
    J’espère juste que pour son année de 3ème, votre grande vivra tout cela plus sereinement….

    • Et je réponds très tardivement aussi J’en suis désolée Ma fille a résolu le problème de son collège en partant vivre loin de nous La situation sur son collège s’étant sérieusement dégradée, le principal étant visiblement dépassé, elle a préféré partir à 700 km Le collège n’est pas le seul responsable de cette décision Mais y a grandement participé Du coup elle est dans un collège où le niveau est plus bas, les exigences visiblement moindres Bref, encore une fois, l’éducation nationale a encore réussi à dégoûter un enfant Donc elle vit les choses bien plus sereinement puisqu’elle a démissionné
      Merci de votre visite et à bientôt

  8. « Sans s’occuper des affinités, amitiés. »

    Ben oui , une école ou un collège , c’est un lieu d’études, pas meetic ou facebook . Là je vous donne entièrement tort , s’il fallait tenir compte des amitiés , on ne pourrait jamais faire une seule classe à la convenance de tous les parents ! Il y a décidément beaucoup de parents qui font des caprices puérils .

    Vous croyez qu’à Henri IV ou Louis le Grand on demande aux enfants avec quels copains ils veulent être ?!

    • Qui a parlé de la convenance des parents ? En revanche, lorsqu’un groupe se forme Que ce groupe travaille ensemble et bien Que ces affinités amicales favorisent le travail scolaire n’est il pas judicieux de favoriser ?
      Des caprices puérils ? Qui ne nous deux est le plus puéril ? Celle qui demande à ce que le bien être des enfants soient respectés ? Ou celui qui croit que des lycées tels que Henri IV ou Louis le Grand ne favorisent pas les amitiés et autres relations des parents qui signent un gros chèque chaque année ? Celle qui croit que la réussite scolaire ne s’appuie pas uniquement sur le travail académique ? Celui qui fait une généralité en se basant sur son expérience personnelle, forcément réduite ?
      Sachez donc que mon expérience de parents, me fait dire qu’au contraire, trop souvent, l’école détruit des affinités, amitiés au mépris de l’équilibre des enfants.
      Sachez enfin, que malgré ces décisions prises chaque année, que malgré les engagements pris par les enseignants, l’inspection d’académie, mes enfants ont été systématiquement séparés. Et que je n’ai jamais contesté une seule décision. Aux dépens de mes enfants. Par respect pour l’institution.
      Et que ce temps là est finie. En absence de respect de mes enfants, je n’en ferai plus preuve à l’égard de l’école.

      • Pierre dit « Il y a décidément beaucoup de parents qui font des caprices puérils  »
        C’est une parole de prof ou je rêve ??

        Du bourrage de crâne oui, du plaisir à l’école, ca va pas !!! Faudrait quand meme pas qu’ils aiment apprendre !
        Et puis les parents qui cherchent aussi à rester avec les collègues au boulot ou a la cantine, vite séparez les ! C’est un caprice d’adulte!

      • Ce genre de réaction est encore trop courante Visiblement l’école doit rester un endroit ennuyeux, où l’esprit ne peut pas s’épanouir
        C’est dommage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s