instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…

L’instant – Pétage de plomb

6 Commentaires

Voici le mail que je viens d’envoyer à une amie rencontrée via le blog et qui nous aide à comprendre, décrypter, relativiser ce qui nous arrive depuis le 23 septembre.

Bonsoir X,

J’espère que tu vas bien. Je reviens vers toi car la semaine a été  pleine de mauvaises nouvelles. Tout d’abord, j’ai appelé le CMPP puisque nous étions toujours sans nouvelles pour le bilan orthophonique de Gabriel. J’ai réussi à décrocher les rendez vous qui vont bien en éclatant en sanglots au téléphone. Ce sera pour le 21/28 novembre. Pour le résultat, avec le rendez vous avec le directeur du centre, pas avant 2014. Super. Pour le reste, on se débrouille. Visiblement il n’y a ni urgence ni volonté de nous aider. Je sais qu’ils manquent de moyens financiers et humains mais ras le bol d’entendre toujours la même chose.

Ensuite, mon AVS, mardi, à qui j’ai parlé de la mesure d’aide éducative a sérieusement tiqué. Elle nous a quand même dit qu’il s’agissait bien souvent d’une mesure uniquement de surveillance. Que pour aider les parents, ils proposaient uniquement de placer l’enfant ailleurs. Et qu’une fois qu’ils avaient mis le pied chez vous, il était impossible de les déloger et que même si Gabriel allait mieux, ils continueraient à suivre les autres enfants.

Aujourd’hui, à bout d’énervement, d’incertitudes, j’ai lancé un appel à l’aide sur une page FB de mon coin. Je cherchais des assos de parents. J’ai obtenu le nom d’une psychologue spécialisée sur l’autisme. Je compte prendre rendez vous avec elle dès demain. J’ai eu aussi un contact avec une maman dont le fils de 12 ans est autiste. Quand je lui décris ce que nous vivons, elle me répond qu’elle a l’impression de se lire. Ce qui ne me rassure pas au sujet du diagnostic. Je dois l’appeler demain après midi pour que nous puissions en parler. J’ai eu aussi le nom de 2 associations et j’ai laissé un message à l’une d’elles.

Et surtout, une maman que je connais, dont l’enfant est handicapé (pas d’autisme, syndrome de Dravet) voyant ma question, m’a contacté par SMS. Elle m’a proposé son soutien. Que j’ai accepté. Elle m’a aussi dit qu’elle ne comprenait pas la mesure d’aide éducative. « A part des emmerdes, je comprends pas ». Je lui ai donc demandé des précisions. « Un éducateur va venir chez toi éplucher votre vie, parler à l’école, aux enfants, faire un rapport tous les 6 mois au juge des enfants. Je vois pas où ça peut vous aider dans la maladie de Gabriel ». Donc un 2ème avis loin d’être positif. Elle ajoute « A part quelques conseils style On peut mettre Gabriel en famille de soutien (pour pas dire d’accueil) pour vous reposer, il faut que vous arriviez à prendre du temps pour les autres enfants ». Et comme bien sur, dans la famille mon enfant est handicapé il y a beaucoup de contacts et d’expérience elle m’explique « Les parents de ma filleule l’ont fait en juin Mise en place de l’éduc (autisme atypique) Résultat l’éduc vient toutes les semaines à la maison plus 1h à l’école par semaine. Le mercredi et les vacances la gamine a était mise en nounou ». De plus, quand on y réfléchit bien, cette mesure d’aide éducative, le CMPP nous a demandé à nous d’en faire la demande. Pourquoi ? Si c’était vraiment pour nous aider et dans un but thérapeutique, est ce vraiment aux parents de faire les démarches. J’ai le sentiment qu’on nous demande de tisser la corde pour nous pendre.

Voilà. Vu l’aide que nous recevons du CMPP (aucune), vu que la mesure d’aide éducative ne semble pas être tout à fait ce que l’on nous a présenté, nous avons décidé de tout arrêter. Nous allons partir dans le privé. De plus, nous refusons que quiconque vienne nous proposer/imposer (si on refuse ou on veut arrêter il semblerait que ce soit impossible) de placer même de façon très ponctuel Gabriel.

Donc voilà. Ce soir je suis profondément en colère. J’ai le sentiment de plus en plus vif que l’on nous rend responsables de l’état de Gabriel. Nous ne sommes ni soutenus, ni accompagnés.

Ce soir, sur Twitter, je me suis confiée à chaud. J’ai eu le sentiment d’être complètement parano. Sauf que la psychiatrie française, je la connais bien pour l’avoir longuement fréquentée et je sais au combien les parents sont mis en accusation, les médecins surs d’eux, leur diagnostic et surtout surs des mesures à mettre en place. Je n’aurai sans doute pas du tenter d’expliquer en 140 caractères mon ressenti.

Je sais que de ton expérience, une mesure d’aide éducative est une vraie aide pour les parents. Je pense que cela change en fonction des équipes. Oui, je crois fondamentalement, qu’il s’agit plus d’un problème de personnes.

Je te remercie de ton éventuel éclairage sur tout ce bazar. Je suis très très en colère et j’interdis quiconque de venir me dire que séparer mon enfant de sa famille est la meilleure des choses pour lui. Parce que, et mon intuition me trompe rarement, c’est ce qui se dessine en filigrane.

Je t’embrasse

Voilà. Ce billet, tout comme le mail, est dicté par la colère, l’inquiétude. C’est vrai, et il s’agit de mon ressenti et uniquement de cela, que ce soir Twitter j’ai eu l’impression d’être jugée. Et très peu soutenue. Chaque mot est vrai. Je n’invente rien. Ma vie est oui compliquée. J’échange avec qui en veut.

Parce que, de plus en plus, sans le vouloir, on nous demande de justifier, d’expliquer. La phrase « je comprends pas pourtant Gabriel il était bien avec nous » ou « mais quand il part chez M. il est bien » ou « mais pourquoi on vous ferait ça » sonnent de plus en plus comme des accusations.

ET UNE CHOSE EST SURE. VOS ACCUSATIONS ME FONT DU MAL. ET C’EST TOUT. ET J’EN AI MARRE.

Publicités

6 réflexions sur “L’instant – Pétage de plomb

  1. J’espère que tu n’as pas eu cette impression avec moi…
    Je savais que la France était en retard sur l’aide aux enfants différents, mais plus je te lis plus je réalise à quel point.
    Si je peux t’aider, de quelque façon que ce soit – écoute, le fait que je suis bilingue anglais (recherches) etc. – n’hésite pas.
    Bon courage à vous

    • Non ne t’inquiète pas
      Je pensais que la France était en retard aussi Sauf que je suis en train de réaliser qu’elle l’ait encore plus.
      Merci beaucoup pour tout ce que tu as fait déjà Et je n’hésiterai pas C’est en pensant à toi que j’ai lancé mon appel
      Je t’embrasse

  2. « mais pourquoi on vous ferait ça » sonnent de plus en plus comme des accusations.

    ===> heu, j’avoue que je n’ai pas compris où était l’accusation là dedans, mais des bisoux quand même

  3. Des bises et des pensées pour vous. Parce que les accusations de gens qui ne connaissent rien de ta vie, tu t’en fous – même si à chaud c’est dur à encaisser – et que tu sais ce qui est le meilleur pour lui et pour vous. Ce que les autres en pensent ne doit pas t’affecter ❤

    • Difficile pour quelqu’un qui manque autant de confiance en soi de se dire qu’on a raison.

      J’y travaille mais un peu en vain malgré tout.

      Merci en tout cas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s