instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…

L’instant – Une réponse parmi d’autres

2 Commentaires

Mon ami de Onnemavaitpasditque.com a lancé une question, un débat sur Twitter à l’instant. Le sujet : De la stigmatisation d’un enfant « supposé » diffèrent.

Forcément, le sujet m’interpelle. Parce que notre enfant a un comportement diffèrent. Oui, pour nous, il n’est pas diffèrent des autres enfants. Il a un comportement diffèrent de ce que l’on attend d’un enfant de son âge. Pour nous et pour les autres.

Pour nous, parce que nous lisons la souffrance dans son regard. Parce que nous voyons à quel point il est difficile pour lui de s’adapter  à la vie familiale, à la vie extérieure. Pour les autres, parce que nous lisons dans leurs regards l’incompréhension, le jugement, le rejet.

Est il vraiment diffèrent ? Non. Et oui. Il est diffèrent comme ma grande est différente par son métissage, comme mon bébé est diffèrent par son attachement excessif pour mes cheveux. Non, il n’est pas différent car c’est juste un enfant avec ses joies et ses peines. Avec ses jeux, ses apprentissages, ses étapes.

Est ce que j’ai le sentiment de le stigmatiser en parlant de lui comme étant un enfant différent ? Non, clairement la réponse est non. Je parle de lui et de sa différence. Sa différence est une composante de ce qu’il est. Mais ne le définit pas en entier.

J’utilise beaucoup twitter pour me plaindre, pour raconter mes difficultés, pour exprimer mes peurs. J’ai le sentiment de vider mon sac dans un lieu neutre où je suis accueillie sans jugement. J’ai ainsi pu dire un soir que parfois je n’aimais pas mon fils. Ce n’était que le reflet d’un instant particulier mais comment aurait été accueilli ces paroles dans la vraie vie ?

Je ne réponds pas à la question. Si je suis honnête, une partie de moi le stigmatise. Parce que j’ai besoin qu’on m’écoute, qu’on prenne en compte ses spécificités dans des structures où la différence quelle qu’elle soit n’est pas tolérée. Je me sers de cette différence pour le faire accepter, pour faire accepter son comportement ou ses difficultés.

A l’heure actuelle, la seule chose qui compte à mes yeux, n’est pas tant s’il pourra faire des études. S’il pourra avoir un compte en banque. La seule chose qui compte, pour mon fils, pour nous, c’est son bonheur. La seule chose que je voudrais lui apporter c’est la capacité à être heureux.

Et si je réussis ça (pour lui comme pour les autres) alors j’aurais tout réussi. Parce qu’un enfant différent, on s’en fiche qu’il le soit. Tant qu’il est heureux.

PS : je n’ai pas vraiment répondu, mon billet est parti dans tous les sens mais la question est vraiment compliquée. Et je ne pense pas qu’il y ait une réponse.

Publicités

2 réflexions sur “L’instant – Une réponse parmi d’autres

  1. Naturellement que si il y a UNE réponse. Une seule, une unique, les autres ne peuvent pas être valables car différentes. Différentes de quoi ? Mais de notre propre réponse voyons… Tiens, curieux, de là à dire que la différence et stigmatisation de l’autre ne serait qu’une évidence au vu de nos propres perceptions et ressentis il n’y a presque qu’un …

    Dans ce cas quelle serait la bonne réponse ou le bon comportement à avoir pour l’autre ? Car naturellement c’est bel et bien l’autre qui nous préoccupe et nous fait (nous) poser toutes ces questions, n’est ce pas ?

    Un commentaire qui n’est pas vraiment non plus un commentaire mais qui en soi en est un. Compliquée toute cette histoire non ?

    (bisous calin coeur avec mes petits sabots de licorne barbue)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s