instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…

L’instant – Coup de gueule coup de ras le bol

6 Commentaires

Aujourd’hui est un jour comme un autre. Avec ses allers retours, ses rendez vous, le temps qui file entre machine, repas et gronderies.

Aujourd’hui, je me suis réveillée d’une humeur de dogue. Avec une envie de solitude chevillée au corps. Avec une envie de silence, de tranquillité, de repos, de travail.

Alors même s’il est de plus en plus politiquement incorrect de se plaindre et de râler, voici un billet en mode râlage complet, réglage de compte.

Hier, j’étais à une réunion un peu houleuse sur les rythmes scolaires. Organisée par la fédération de parents d’élèves à laquelle j’appartiens, nous étions 7. Nous sommes environ 27 inscrits, titulaires et suppléants. Je suis d’ailleurs suppléante sur les 2 collèges, élémentaire et maternelle. Alors c’est sur que comme ce sont toujours les mêmes qui viennent, on rigole bien malgré le sujet sérieux. Mais merde quoi ! Pourquoi s’inscrire à une organisation si  c’est pour ne jamais y venir ! Je prends sur mon temps de travail, sur mon temps avec mes enfants pour aller au bout de mon engagement. C’est si extraordinaire que cela. Les mêmes d’ailleurs qui vont râler parce que la décision prise ne conviendra pas.

Je suis fatiguée d’être diplomate, d’être polie, d’être comme la société voudrait que je sois. Je voudrais pouvoir dire Merde à tous ces gens qui ont des phrases si malheureuses. « Oh ça va Gabriel il est adorable ». Viens partager mon quotidien, viens essayer de le cadrer, viens essuyer les cris, les insultes, les hurlements. L’Ecole qui te regarde comme si, au final, si ton enfant est problématique à la maison mais très sage à l’école, c’est de ta faute. Que tu dois bien y être pour quelque chose. « Il doit y avoir quelque chose qui se joue à la maison ». Ah bah oui, c’est évident. Mais non, nous ne sommes pas permissifs, nous ne sommes pas maltraitants. Et des fois, j’ai juste envie d’être comme tous ses parents qui laissent leur gamin faire ce qu’il veut histoire d’avoir la paix. Ce serait bien plus facile. En revanche, du coup, je suis pas sure que les choses se passeraient aussi bien à l’école.

Je suis fatiguée que nos familles, loin par la distance, par les fâcheries, loin parce qu’ils ont mieux à faire, ne nous apporte aucun soutien. Je suis fatiguée d’être l’intelligente qui revient, qui recontacte parce que « tu comprends, la vie est courte, c’est bête de rester fâché ». Je suis fatiguée de voir mon beau père qui part en vacances tous les 15 jours, faire la morale à son fils. Fatiguée de l’entendre se plaindre que les jours où il est disposé à nous visiter, nous ne sommes pas disponibles. Fatiguée qu’il ne respecte pas les consignes de ne pas ramener des gâteaux plein de merdes ou du chocolat qui reste dans un placard avant d’être jeté. Seuls mon père et ma mère sont sans jugements. Les autres sont confits dans leur petite vie, petits problèmes et en oublie les autres.

Et puis, surtout, je suis fatiguée de mes enfants. A force de courir, de faire 1000 choses à la fois, je n’ai plus de plaisir avec eux. Je n’ai pas envie de me poser avec eux et de faire un jeu. De toute façon c’est impossible avec Gabriel. Je fais les choses parce que je dois les faire. Mais j’ai envie de liberté, de tranquillité, d’être sans enfant.  Parce que je n’ai pas signé pour n’avoir que des emmerdements et aucun plaisir. Parce que j’ai le sentiment de ne vivre que des contraintes. Et que non, avoir des enfants, ce n’est pas que du bonheur, et quand l’un d’eux est handicapé, c’est juste pour ta gueule.

Oui, je suis en colère. Oui, j’en ai marre. Oui, je veux une autre vie. Pour moi et eux. Non, je ne suis pas prête à pardonner.

Publicités

6 réflexions sur “L’instant – Coup de gueule coup de ras le bol

  1. youhouuuuu! ça va mieux? ça t’as fait du bien de sortir tout ça?

  2. J’arrive après la bataille (du moins j’espère). il y a des périodes en effet ou on a envie de tout lacher (nous c’est de prendre une année sabbatique faire le tour du monde !)
    Tu es chez toi ici ! donc oui gueule crie hurle !!!c ‘est le lieu, ca défoule, cafait du bien ❤
    bon courage bises caro

  3. J’arrive bien après. Mais je voulais souligner ton courage. Parfois, j’ai envie de tout envoyer bouler alors que mes enfants sont « juste » chiants de temps en temps. Défoule toi, hurle si ça te fait du bien. Je te souhaite de pouvoir souffler un peu, même une heure, prendre un temps pour toi. Et j’espère que depuis ça va bien mieux. Des bises !

    • Le principal est d’arriver
      Ces moments de ras le bol arrivent de temps en temps et puis ça passe
      Je ne souffle pas trop mais j’ai une capacité de récupération assez importante
      Merci Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s