instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…

L’instant – Que du bonheur ?

7 Commentaires

Il y a quelques temps, le CSA a émis un avis défavorable à une publicité qui est passée cet été. Cette publicité faite par la fondation Jérome  Lejeune, mettait en scène une petite fille trisomique qui s’adressait à une future mère à qui on venait d’annoncer le handicap de son bébé à naître et qui s’interrogeait sur la poursuite éventuelle de sa grossesse.

L’aspect moralisateur de ce spot m’a dérangé. Une Interruption Médicale de Grossesse est une décision de couple, qui se prend dans l’intimité sans que rien ni personne n’ait le droit de juger.

Mais au delà de ça, il y a quelque chose qui m’a mise profondément en colère. Dans ce spot, on nous présente le handicap comme une joie à découvrir, avec plein de bonheur à la clé.

Qu’un enfant handicapé puisse apporter de la joie, du bonheur, une ouverture d’esprit, oui, absolument. Comme n’importe quel enfant. Ni plus ni moins. Je suis désolée mais il faut arrêter de magnifier le handicap.

Le handicap, ce sont des rendez vous chez des médecins qui se foutent quand même royalement de votre vie. Ce sont des allers retours, des heures d’attente sur des chaises inconfortables avec des magasines vieux comme Hérode. Et pendant ce temps la vie se poursuit sans vous. C’est de l’argent dépensé sans espoir d’en revoir le moindre centime. Et cet argent, je vous assure que personnellement, je préfèrerai le dépenser dans des vacances avec mes enfants.

Le handicap, c’est aussi de l’inquiétude. Du présent incertain, des combats à venir. Ce sont des nuits à se retourner dans son lit en se demandant de quoi va être faite la journée du lendemain. De quoi vont être fait les semaines, les mois à venir. Ce sont des frères et soeurs qui souffrent. Et des parents qui divorcent.

Le handicap, ce sont les jugements des passants, les regards de pitié au mieux, de mépris au pire. Ce sont les jugements des médecins. Ce sont la famille qui s’éloigne, les amis qui disparaissent. C’est la solitude à chaque instant.

Le handicap, c’est certainement tout plein de joie mais faut arrêter de déconner 5mn ! C’est aussi l’enfer au quotidien. Et ce n’est pas parce que ce même quotidien est bien souvent émaillé de sourires, de rires, de bonheur qu’il faut nous le présenter comme une chance.

Ce n’est une chance ni pour nous, ni pour notre enfant. Pour rien au monde je ne regretterai la naissance de mon enfant, pour rien au monde je ne l’aurai voulu autrement. Il est là, je l’aime et je me bats.

Mais il faut arrêter de dire que le handicap c’est du bonheur.

Ca ne l’est ni pour nous ni pour eux. Ca n’empêche pas d’être heureux, ça rend juste le bonheur plus savoureux. C’est déjà bien. On peut pas tout perdre à la loterie de la vie.

Publicités

7 réflexions sur “L’instant – Que du bonheur ?

  1. Ton billet est très bien écrit et très touchant. On ressent beaucoup de sincérité à travers tes mots. Merci.

  2. Bien dit. Une amie porteuse de la maladie génétique de son frère m’a dit qu’elle, elle savait ce qu’est de s’occuper d’un handicapé. Vous aussi vous savez ce que c’est. C’est facile de trouver ça beau de l’extérieur, quand on ne gère pas le quotidien. C’est dans une très moindre mesure l’effet que ça me fait quand on me dit de profiter ça passe trop vite ou que les bébés c’est que du bonheur. Ça en est, beaucoup. C’est aussi du travail, beaucoup.

  3. Enfin un point de vue autre que « blanc » ou « noir ». L’enfant handicapé est un enfant avant tout. C’est vrai que ca apporte son lot de bonheurs et de difficultés. Joliment dit et écrit.
    Apres je suis méfiant par rapport aux prises de position de la fondation Lejeune.. mais a chacun de se faire un avis !

  4. Cette vérité qui dérange…
    Je ne connais pas le handicap, j’ai à peine crains que mes enfants en soient atteints.

    Alors ce que je pense du handicap n’est que théorique mais ton article très touchant exprime tout à fait ce que j’imagine.

    Non ce n’est pas tout rose, tout simple. Ça doit demander un énorme investissement, tant personnel que financier.

    Comme tu le soulignes, ce n’est pas que du bonheur mais ça rend certains moments précieux…

    • C’est vrai que depuis quelques jours où il est mieux, on est aussi plus apaisé et ces moments sont encore plus magiques Imagine, lorsque l’on lui demande d’aller à la douche il ne hurle plus. Un détail pour tous, un bonheur pour nous 🙂 Tout prend une autre saveur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s