instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…

L’instant – Personne ne sait

14 Commentaires

Personne ne sait ce que nous vivons au quotidien. Personne ne sait ce que mes enfants vivent. On nous juge, oui. Mais personne ne sait.

Gabriel a commencé un traitement à base de ritaline mercredi dernier. Poison, sauveur, camisole chimique, solution de facilité, je pense que ce médicament porte beaucoup de nom.

Nous l’avons commencé mercredi sans guère d’espoir, avec méfiance. Avec beaucoup de recul. Et puis jeudi, un miracle. Un Gabriel poli, respectueux, calme, posé. Vendredi, un nouveau miracle. Le soir en rentrant de l’école, malgré la fin de l’effet du médicament, il reste tranquille, apaisé. Nous n’osons y croire. Le temps nous donnera raison. Le samedi est un peu plus difficile y compris sur le temps d’effet.

Dimanche, ce sera de nouveau l’enfer. Et depuis, sans cesse, des refus, des désobéissances perpétuelles. Et toujours à travers des cris, des hurlements.

Personne ne sait ce que ça fait d’entendre hurler à plein poumons un enfant que l’on aime. A quel point 6 ans où la situation n’a jamais vu d’amélioration notable nous ont usé, laminé.

Personne ne sait que ce que nous vivons est insupportable. Désormais la petite soeur de Gabriel, à chaque crise, se bouche les oreilles et se met à pleurer.

Non, nous ne sommes pas des parents permissifs. Et c’est bien le problème. Nous commençons à envisager de céder à tous ses caprices. Parce que nous n’en pouvons plus. Parce que nous voulons avoir la paix.

Personne ne sait ce que c’est d’entendre son enfant hurler tous les soirs de la semaine pendant la douche. Personne ne sait ce que c’est de devoir doucher son enfant de 7 ans tous les soirs sous les insultes et les cris. Personne ne sait ce que c’est de vivre notre vie.

Personne ne sait ce que c’est d’aller de spécialistes en spécialistes qui vont vous juger, vous toiser, vous mépriser. Personne ne sait ce que c’est de garder un infime espoir d’une vie normale. Personne ne sait notre solitude, notre peur.

Nous n’en pouvons plus. Je n’en peux plus. Nous ne sommes pas face à un enfant mal élevé, capricieux. Nous sommes face à un enfant qui souffre. Oui. Nous sommes face à un enfant qui n’est pas normal.

Personne ne sait ma souffrance. Je me lève tous les matins avec l’infime espoir que Gabriel se lèvera calmement, sans cris, sans lèvres crispées. Je me lève tous les matins avec cet infime espoir et tous les matins cet espoir est brisé.

Est ce que vous avez la plus petite idée de ce que je ressens de voir cet espoir se briser tous les matins ? Est ce que vous avez la plus petite idée de ce que je ressens en regardant la souffrance de mon enfant ?

Nous n’en pouvons plus. Je n’en peux plus. Ma vie n’est faite que de contraintes, de rendez vous, de cris. Je passe ma vie à regarder mes enfants souffrir.

Personne ne sait. Mais le jour où je vais craquer, le jour où il ne me restera plus que l’hospitalisation pour burn out, vous pourrez dire que vous saviez.

Et que, comme nous, vous ne saviez pas quoi faire.

Publicités

14 réflexions sur “L’instant – Personne ne sait

  1. Je sais.
    Et je ne sais pas quoi faire pour t’aider, vous aider.
    Je voudrais tellement pouvoir…

    • C’est la vie La joie des réseaux sociaux est de rapprocher les gens qui n’avaient aucune chance de se trouver Le souci c’est qu’on a toujours pas inventer de téléporteur 🙂
      Bisous

  2. Effectivement, on sait (encore plus précisément avec ce message que tu as bien fait d’écrire)… mais comme tu le dis, je n’ai aucune idée de comment je pourrais vous aider et c’est très très frustrant.
    Ça me rend triste, ça m’énerve et c’est vraiment dommage.
    Je ne peux que vous souhaiter de trouver le plus rapidement possible une solution pour que Gabriel s’apaise et que vous soyez moins mal…

    En attendant, je te lis ici et ailleurs et je t’embrasse fort fort !

    • J’espère aussi, pour nous, pour les autres enfants, pour lui, que l’on va trouver vite une solution C’est dur en ce moment
      Merci de me lire ici ou ailleurs
      Je t’embrasse

  3. Si seulement notre soutien et nos câlins pouvaient vous aider … je ne sais pas trop quoi te dire tout me semble mal-à-propos, pas suffisamment « aidant ».
    Je t’envoie tout de même tout notre soutien, et des milliers de câlins, en j’espère vraiment que vous allez trouver une solution.
    Bises

  4. je ne peux pas savoir, juste imaginer. Ca me fait froid dans le dos, je t’apporte tout mon soutien (virtuel). Tu es d’une force incroyable ! je sais qu’on n’a pas le choix, mais je t’admire.
    Courage *-*

  5. Effectivement, y’aurait de quoi craquer. Quand je pense au nombre de fois où je me suis dit ça et pourtant… c’était sûrement 10 fois moins dur.
    Ce que je retrouve dans ton histoire, c’est la difficulté de vivre le fait qu’un de nos enfants pâtit de la façon d’être (ou de la présence) d’un autre. Chez moi, c’était plus dans l’ordre des choses (arrivée du deuxième tout ça) mais c’est un crève-cœur, c’est dur dur…
    Bref, je te fais des gros gros bisous ❤

  6. Je pense savoir intimement ce que vous vivez… Je t’invite à lire le billet « la maladie méconnue » sur mon blog, et à explorer le site de l’association bicycle sur les troubles de l’humeur. Pour info, ce trouble n’est pas enseigné aux psychiatres français, donc très peu connu (donc pas diagnostiqué forcément). Or, le psychiatre belge de ma fille vient de m’apprendre que dans 80% des cas, il y a en même temps trouble de l’attention ET de l’humeur : à creuser, donc… Vous trouverez de toutes façons beaucoup d’info en tout genre sur bicycle, utiles pour tous ces troubles du comportement « cousins ». Bon courage !

  7. Je ne sais pas et je n’essaie même pas d’imaginer. Je pensais que la Ritaline vous aiderait… je suis bien ignorante dans ce domaine…

    • La ritaline aide clairement Durant sa période d’efficacité c’est à dire 7 à 8h Ensuite il y a un effet rebond Malgré tout il est mieux mais ce ne sera jamais l’extase 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s