instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…


12 Commentaires

L’instant – Et d’un coup

Hier soir, pour la première fois depuis longtemps, j’ai eu une migraine. Une migraine terrible, à ne pas pouvoir bouger sans avoir des hauts de coeur. A ne pas pouvoir supporter le bruit, la lumière. J’ai dû me coucher.

J’ai commencé à me lamenter sur mon sort. Après une pseudo grippe dont j’ai mis près de 3 semaines à me remettre, une migraine qui me met sur le flanc. Et puis, à partir de 19h, ma migraine m’a offert une accalmie durant 1h. Ce qui m’a permis de réfléchir.

Et d’un coup j’ai réalisé tout ce que j’avais fait depuis 7 ans. En 5 ans, j’ai eu 3 enfants, perdu 2 bébés dont je n’ai toujours pas fait le deuil. Parmi ces enfants, l’un d’eux s’est avéré souffrir d’un handicap très lourd à gérer. Nous avons aussi déménagé, nous avons enterré ma belle mère, notre chienne. Nous nous sommes mariés et nous avons divorcé au moins 100 fois. Bon 1 fois pour le mariage. J’ai dû gérer la dépression de mon mari, nous avons encaissé 2 licenciements. Enfin 3 si je compte le mien. J’ai crée une société. Que j’ai fermé 10 mois plus tard. Et puis une deuxième.

J’en oublie encore plein. Plein de choses que j’ai encaissé, géré, supporté. Marie de mamans testent me disait justement hier que nous mettions la barre bien haut.

Et d’un coup, j’ai réalisé hier que je n’avais pas mis la barre bien haut. Je me suis lancée dans le saut à la perche sans la perche, ni l’entraînement. Et mon corps dit stop.

Cette année, tout comme l’année dernière, je fais partie des parents d’élèves. Je suis même au bureau de l’asso. Je me suis engagée au sein de la commission scolarité de la mairie. Mes enfants ne mangent à la cantine qu’une fois par semaine, ma fille scolarisée en maternelle ne va plus au TAP. Ils ont une activité sportive chacun le mercredi après midi et le samedi matin. J’ai ma société qui fonctionne mais qui pourrait faire nettement mieux si j’y consacrais plus de temps. Plus tous les rendez vous de Gabriel qui ne font qu’alourdir un emploi du temps déjà surchargé.

Alors, STOOOOOOOOOOOOOOOOPPPP !!! Il y a des choses qui sont complétement impossibles à arrêter. Mais ce qui n’est pas indispensable j’arrête.

Depuis, 1 semaine, je dis non. Je ne m’étais pas rendue compte mais j’ai dit non à 2 projets que j’aurai adoré faire. Et comme mon corps me crie que je dois prendre soin de moi, je vais prendre soin de moi. Parce que je suis tellement débordée, fatiguée, à bout, je fais mal tout.

A l’heure actuelle, les seuls engagements que je peux supprimer sont l’association des parents d’élèves et la commission scolarité. Je vais donc tenter de prendre plus de distance cette année. Etre moins présente et impliquée. Et je ne renouvellerai sans doute pas l’année prochaine. J’irais aussi jusqu’au bout de mon engagement au sein de la commission scolarité mais de façon sporadique.

Durant les vacances, je vais expliquer aux enfants, qu’il va falloir retourner un peu plus à la cantine. Parce que je travaille. Parce que ce n’est pas parce que je suis à la maison, que je peux faire des allers retours au détriment de mon travail.

Et je vais penser à moi. Je vais penser à mon couple. Nous n’avons pas un sou. Mais nous allons profiter. Je ne sais pas comment. Mais nous allons le faire.

Je vais arrêter de faire du saut à la perche.