instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…

L’instant – Il est comme ça

4 Commentaires

Le titre dit tout. J’ai 4 enfants. 1 en situation de handicap. 1 adolescente qui ne vit pas avec nous mais avec sa cargaison de valises que je surveille de près. 1 princesse dont le caractère s’affirme de plus en plus (tu connais le terrible six ? C’est celui qui suit le 5). Et j’ai le petit dernier.

Bébé chou. 3 ans et 7 mois. Qui vient à la minute de me donner un coup de menton dans l’épaule en sautant sur l’accoudoir du canapé. Visiblement sans que ça le perturbe. Que j’ai trouvé en équilibre sur le rebord de la baignoire tout à l’heure pour pouvoir escalader les lavabos. Qui vient dans la 2ème minute de s’accrocher aux rideaux du salon en manquant de faire tomber l’ensemble.

Il est comme ça. Cascadeur, plein de vie, souriant, infatigable, hurleur, volontaire, bagarreur. Le nombre de qualificatifs pour cet enfant semble infini. Et dénote bien souvent un caractère bien affirmé. Et une tendance à l’hyperactivité. Et zut, j’ai dit le mot.

Quand on a un enfant différent, le risque est de projeter ses angoisses sur le reste de la fratrie. Même en gardant du recul, on ne peut pas parfois s’empêcher de comparer. Je suppose que c’est humain. Et puis, on sait qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Alors parfois, on compare, on compte mentalement qui a fait quoi à quel âge.

Pour la princesse, à part si vraiment on manque de recul, à priori, on est sûr et certain qu’elle n’est pas atteinte. Par acquis de conscience, nous avons rempli les échelles de Conners (qui servent à mesurer un éventuel défaut d’attention, une impulsivité et/ou une hyperactivité). Autant dire qu’il n’y a rien d’inquiétant, même sans être un spécialiste.

Après une journée comme celle d’aujourd’hui, pour bébé chou, on peut se poser la question. Infernal, en mouvement perpétuel, qui saute de partout, debout sur la table de la salle à manger, il m’a fait passé une journée en enfer. Mais il n’a pas fait la sieste. Et on sait que le manque de sommeil n’aide pas vraiment à rester calme.

Et puis il est comme ça. Plein de vie, agité, souriant, charmeur, terrible, cascadeur. Alors demain, je vais le mettre à la sieste. Un peu parce que sinon il ne dort pas le soir. On va continuer de profiter de ses regards en coin, de ses blagues, de ses rires. Avec un peu plus de calme, ce serait bien quand même.

Publicités

4 réflexions sur “L’instant – Il est comme ça

  1. je comprends tout a fait car j’ai mis du temps (genre 4ans) pour arreter de m’inquiéter pour P’tit Loup. Et curieusement je en peux pas m’empecher d’y repenser avec MiniMOa

    • En fait ce qui est vraiment curieux, c’est que je n’ai aucun doute concernant l’autisme. Je sais qu’ils ne sont pas touchés. J’en ai la certitude absolue à tel point que je ne me pose pas la question. En revanche le TDA/H beaucoup plus.
      Je crois que la souffrance que l’on supporte nous rend appréhensive
      Mais je sais qu’il n’y a pas de raison que ça se reproduise Courage ❤

  2. En lisant la description de ton bébé chou, je retrouve des aspects de ma fille de 2 ans. Beaucoup de mal à dormir, envie de grimper sur tout, de courir partout mais des sourires à faire fondre le pole nord et un rire à contaminer le plus dépressif. Mais je ne me suis jamais posé la question d’un quelconque handicap -pour le moment-.
    Alors je me dis mais… où est la limite? La limite entre un enfant plein de vie (c’est un peu la définition d’un enfant quand même!) et un enfant différent? Comment définir cette limite objectivement (et pas que en fonction du degré de fatigue des parents !)
    Je suis sans doute naïve et tu as du te poser mille fois cette question, mais je ne connais pas du tout l’univers des enfants « différents » et de leurs parents, donc le sujet m’interpelle.
    Des bises à tous tes enfants et à toi !

    • Je pense que si Gabriel n’avait pas été touché, jamais je n’y aurai pensé pour bébé chou. C’est la peur de la répétition qui entraîne cette attention accrue.
      En ce qui concerne le TDA/H, c’est la raison pour laquelle un diagnostic ne peut être posé avant l’âge de 6/7 ans. Car un enfant avant cet âge là peut avoir du mal à se poser sans pour autant que ce soit une pathologie. Et même dans notre cas où il s’agit bien d’une hérédité, on ne pourra pas faire, si besoin, diagnostiquer bébé chou.
      Ceci dit il est capable de se poser. Un peu 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s