instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…

L’instant – Quand on peut pas

6 Commentaires

Aujourd’hui c’est le jour où on compte les heures. Demain, ce sera le jour où on compte les minutes. Après demain, ce sera le jour où on compte les semaines.

Demain, ma grande fille repart vivre à Paris. C’est la fin des vacances. Elle reviendra passer une toute petite semaine à Noël. Puis elle reviendra aux vacances de février. De longs moments d’absences entrecoupés par des petits jours de bonheur.

Dans l’absolu, elle pourrait venir un week end entre chaque vacances scolaires. Mais on ne vit pas dans l’absolu n’est ce pas ? On vit dans la réalité. Une réalité financière qui impacte au final tous les aspects de ma vie.

Que je sois sans manteau alors qu’approche l’hiver, je m’en fiche un peu. Que je n’ai que des baskets à mettre à mes pieds, au moins eux sont aux chauds. Alors bien sûr, j’ai un toit, je donne à manger à mes enfants, je les habille comme il faut. Bien sûr, il y a plus à plaindre.

Hier nous avons reçu nos impôts locaux. Très sérieusement augmentés. En fait, le montant de la régul qui aura lieu en décembre est pile poil du montant d’un billet d’avion (aller le billet, ne parlons pas d’un aller retour) si je décidais de faire venir ma fille sur un week end. Car, désormais, si pour les vacances scolaires, elle descend en train, pour un week end le trajet est trop long.

Alors on va payer nos impôts locaux. Parce qu’on a pas le choix. De toute façon, même sans ça, je n’aurai pas eu les moyens de la faire descendre ici. Maintenant, je les aurai encore moins les moyens.

Plaie d’argent n’est pas mortelle dit on. Non, c’est vrai. Mais durant les 7 semaines qui vont nous séparer, une petite épine sera plantée dans mon coeur. Le faisant vieillir plus vite. Mes yeux couleront plus marquant leurs coins de nouvelles rides. Ma tête ne sera pas complétement ici. Je n’en mourrai pas. Mais savoir que tout ça, c’est juste une question de moyens, bah des fois j’ai juste envie de hurler.

On fait ce qu’on peut. Et ça, bah on peut pas. Et ça, c’est bien la seule chose que je voudrais pouvoir faire. Moi, si j’avais les moyens, je n’achèterai pas une nouvelle voiture, un manteau à 50€, une paire de chaussures à 80. Je ne m’achèterai pas le bracelet super hype. Moi, j’achèterai un billet d’avion pour voir ma fille un week end.

Le sens des priorités quoi. Mais on peut pas.

Publicités

6 réflexions sur “L’instant – Quand on peut pas

  1. Bon je ne mets pas de Like parce que je n’aime pas lire cela au sens « apprécier » ce qui t’arrive.

  2. la séparation est tellement difficile .. je pense fort à vous ❤

  3. Que cela doit faire mal au coeur ! 😦 Oui l’argent cela peut servir à des causes importantes… De tout coeur avec toi !
    De combien aurais-tu besoin pour un AR ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s