instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…

L’instant – Je t’admire

8 Commentaires

On me dit souvent ces quelques mots. Ils me font bien sur extrêmement plaisir. Mais j’ai une certaine gêne à les recevoir.

Je m’explique. Je suis persuadée, convaincue, et à de très rares exceptions près, que toutes les mères agiraient pareil que moi.

Quand votre enfant a une gastro, la varicelle, vous vous transformez en lionne inquiète qui va veiller sur son bébé, le surveiller des yeux, de la main sur son front, de vos bras accueillants et doux.

Je ne suis pas différente. Je fais pour mes enfants ce qu’il y a à faire. Malgré la fatigue, bien souvent un énorme ras le bol, une patience inexistante, je me lève, je change des draps mouillés en pleine nuit. J’emmène mon fils à ses prises en charge. Je fais des choix, plus ou moins difficiles, plus ou moins contraints.

Mais je suis aussi fatiguée, aussi désorganisée que certains (ok plus que d’autres). Je me sens bien souvent impuissante. Et puis aussi coupable. Oui coupable de ne pas pouvoir donner de mon temps comme je le voudrais. Coupable de l’autisme de mon fils. Parce qu’il ne faut pas se leurrer mais les différents discours des psys ont laissé leur trace. Je suis parfois débordée et il m’arrive parfois de mélanger les rendez vous.

Et puis il y a aussi des moments de profonds désespoir où j’ai juste envie de baisser les bras. Des moments où l’idée de placer mon fils me traverse l’esprit comme une solution qui pourrait enfin m’apporter un peu de sérénité. Ca ne dure pas. L’idée n’est pas sérieuse et de toute façon c’est quelque chose que je refuse d’envisager. Mais les idées noires, le découragement sont là au quotidien.

Et puis je crie. Oui oui moi aussi je crie. Je suis persuadée que le dialogue et le calme sont essentiels pour élever des enfants. Mais je crie aussi. J’ai plein de bonnes raisons pour cela. Et puis aussi des mauvaises.

Mais tu vois, je ne suis pas parfaite. Et surtout, je ne suis pas admirable. Je suis juste quelqu’un comme toi. Avec ses forces et ses faiblesses. Avec ses bons moments et ses mauvais. Comme toi, je fais le maximum pour ma famille. Des fois cela fonctionne. Et des fois pas.

Mais surtout, surtout , je ne suis pas plus admirable que toi.

Publicités

8 réflexions sur “L’instant – Je t’admire

  1. On s’en fiche t’es une super maman. Et rien de ce que quiconque dira ne le changera.

  2. Cela me rassure que tu dises que tu cries. Je n’en tire aucune fierté de crier. C’est même un aveu de faiblesse. Mais je me sens seule à ne pas y avoir recours.

    • Mais tout le monde crie ! J’en suis persuadée Parce qu’on est pas des machines parce que la fatigue Parce que nous avons aussi des émotions et que parfois il est bien difficile de les canaliser Alors oui ce serait bien de faire sans (enfin peut être à mon sens parfois ça peut aider à se faire entendre) mais il ne faut pas culpabiliser J’ai un précepte dans ma vie « C’est fait c’est fait c’est plus à faire Maintenant voyons comment on peut changer l’avenir Le passé c’est impossible » 3 enfants rapprochés, en plus tu bosses franchement te maitriser h24 je vois pas comment ce serait possible
      Bisous Prends soin de toi

  3. Je n’ai pas encore la chance d’être mère, mais à la lecture de ce billet, je ne peux te dire qu’une chose : si toutes les mères pouvaient un jour se poser les même questions que toi, le monde se porterait bien mieux. Tu es une bonne mère rien que par le contenu de cet article cela se sent 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s