instantdeparents

Parce qu'être parents n'est pas simple, une parenthèse un instant…

L’instant – Pas de petits bonheurs

3 Commentaires

Il y en a surement eu. Beaucoup. J’ai souri. Souvent. Ca fait des semaines voir des mois que je n’ai quasiment pas ri. Mais je souris toujours. Comme pour dire « Si si tout va bien ne vous occupez pas de moi ». Ou plutôt « Non non ça ne va pas mais comme vous n’avez pas envie de le voir je souris. Ca dérange moins ».

Hier, lors de ma rencontre avec les membres d’une association pour enfants différents, une maman était là. Speedée, fatiguée, visiblement à bout de nerfs. Elle nous dit « Lui il va bien. C’est ça le pire. Lui va bien et moi je suis de plus en plus mal ». Et je lui ai répondu « Quand nos enfants vont bien, nous nous donnons le droit de ne pas l’être ».

Gabriel va super bien. Des fonctionnements différents mais il va super bien. Aïnhoa va super bien. Elle s’affirme ce qui veut dire qu’elle va de mieux en mieux. Sasha va toujours bien. Un peu trop remuant, un peu trop malin mais il va super bien. Jade va bien. Elle a 18 de moyenne en maths. Je confirme qu’elle va super bien (de ce que j’en vois hein 700km ne facilite pas la communication).

Mon mari a de très graves soucis de santé. Mais vraiment graves. Et vraiment inattendus. Et puis le genre de souci qui impactent son travail, son avenir. Par extension notre avenir.

Depuis quelques mois, je n’allais pas bien. Parfois, je m’accordais 1/4 d’heure de consultation chez mon médecin généraliste pour pouvoir pleurer un bon coup. Et je repartais un peu plus légère. Et puis un jour, j’ai accepté la prescription d’anti dépresseurs. Comme je lui disais, je ne fais pas une dépression, je suis juste fatiguée et je voudrais que ça s’arrête. Il y a quelques semaines, toujours sous son impulsion, j’ai rencontré une super psychologue. Qui a fini par me demander si j’étais bien sous anti dépresseurs. Parce qu’elle me trouvait vraiment mais alors vraiment très mal. Et en fait oui, je vais très mal. Mais alors vraiment très mal.

En fait, je suis au stade où je suis restée tout le week end au lit. Sans avoir envie de voir qui que ce soit. Sans avoir envie de parler, de regarder, de ressentir. Mon médecin a changé mon traitement. Désormais, je suis sous un traitement beaucoup plus lourd. Le temps de la mise en place me semble interminable. J’appréhende demain et l’ensemble des tâches qui m’attendent. Aujourd’hui j’avais 3 objectifs à remplir. Je n’en ai réalisé qu’un. Ecrire sur le blog n’en faisait pas partie. Mais c’est chouette d’écrire.

Alors je vais me limiter à ce qui me convient pour le moment. Ce qui me fait du bien. Mon travail parce qu’il faut bien avancer et que j’ai terriblement, mortellement envie de progresser. Et que mon esprit déborde d’idées. Mes enfants que je vais continuer à encourager, suivre, porter quand il le faut. Mon mari, qui se retrouve bien démuni face à moi léthargique. Qui prend le relais. Mais dont la santé nécessite aussi qu’il se préserve. Le cheval qui chaque mercredi m’offre 2 heures de déconnexion totale. De sourire. Et même de rire lorsque Cocotte décide d’essayer de me faire verser. Un projet secret qui aboutira ou pas mais que j’ai envie de tenter.

Je vais patienter. Croire en la chimie pharmaceutique, en l’espoir que m’ont offert les bénévoles de l’association M en rouge (Si vous allez liker leur page Facebook cela leur donnera la visibilité qu’ils méritent. Ils viennent de nous fournir l’ordinateur nécessaire à Gabriel), en l’amour de mon mari, de mes enfants, en l’amitié que certaines m’offrent (et amèrement constater que nous n’avons pas tous le même sens de l’amitié). Et c’est tout.

Pour le bonheur, on attendra.

Publicités

3 réflexions sur “L’instant – Pas de petits bonheurs

  1. C’est un superbe message sur ce blog….bien que très émouvant de voir que tu vas mal….mais après tant d’épreuves….je pense qu’il est normal que TU ailles mal….il faut « encaisser » tout cela, toutes ces épreuves….et supporter tout ce quotidien lourd parfois même si je ne le vis pas donc je ne me rends pas compte à quel point cela doit être difficile Et il faut bien travailler pour se nourrir, pour s’aérer…pour avancer. Il y a des personnes que l’on rencontre parfois, qui passent dans notre vie que l’on apprécie mais à qui malheureusement nous n’arrivons pas à consacrer le temps que l’on voudrait, le quotidien de tout le monde nous prend tellement de temps….Ce train train de M……Je pense bien à toi et si tu as un petit moment un mercredi matin….on peut se voir, papoter, s’aérer ou juste se voir!! Bisous

    • Ton message me fait tellement plaisir ❤ C'est vrai que c'est la course en permanence
      Je ne te cache pas que le mercredi matin est désormais réservé au cheval qui me fait tant de bien Mais de toute façon il va falloir que l'on se voit bientôt puisque je suis sur la fin de ton projet J'ai presque fini le 5ème tableau plus qu'un ensuite 🙂
      Je t'embrasse fort A très vite

  2. Je suis bien triste de lire tout ça 😦 le quotidien n’est vraiment pas facile, et la vie ne t’a helas pas épargnée 😦 Je pense fort à toi, n’hésites pas à appeler si tu as envie de parler. Je t’envoie mille bisous ❤ caro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s